Retour

La société www.pme-successions.ch naît pour aider les petites entités romandes

Associé à Andreas Giesbrecht et Louis Fleury, Jacques R. Meyer, ancien patron de la Banque Cantonale Vaudoise, se lance dans la transmission d’entreprises. Il ambitionne de réaliser deux opérations par mois dès l’année prochaine. La société lausannoise Dimension a pris une participation dans la nouvelle entité

Quand il a quitté la direction de la Banque Cantonale Vaudoise, Jacques R. Meyer voulait «faire du social et de l’humanitaire». Aujourd’hui, il lance www.pme-successions.ch, dédiée à la transmission des petites entreprises. «Je peux vous garantir que l’aspect social est relevé: rendre service à un patron de PME un peu paniqué qui cherche une solution de reprise pour sa société et ses emplois est très gratifiant», explique-t-il. Pour cette nouvelle aventure, il s’est entouré de deux associés opérationnels, Andreas Giesbrecht, un ancien de Credit Suisse et président de Villars Holding, et Louis Fleury, ancien patron d’une entreprise de viande séchée en Valais. A noter qu’un élargissement de la structure des associés est tout à fait envisagé pour l’avenir.

Le modèle de cette nouvelle entité lausannoise, qui vise l’ensemble de la Suisse romande, repose sur un partenariat avec une vingtaine de fiduciaires de taille moyenne. «Souvent, elles enregistrent les demandes de leurs clients mais n’ont ni le réseau ni les connaissances pratiques pour réaliser ce type de transaction», estime l’associé, également conscient que les banques en général ne se positionnent pas activement dans ce secteur.¨

Participation de Dimension

Avec trois dirigeants expérimentés, www.pme-successions.ch veut apporter son savoir-faire dans un moment où la confidentialité et la confiance sont des éléments déterminants. L’entreprise lausannoise Dimension a également pris une participation d’un tiers du capital-actions dans cette nouvelle structure. «Nous ne sommes pas concurrents car nous nous adressons à des sociétés qui réalisent plus de 3 millions de chiffre d’affaires, où le repreneur est souvent localisé à l’étranger», souligne Claude Romy, associé de Dimension. «Nous pourrons ainsi nous appuyer sur leur expérience de plus de vingt ans, par exemple pour le support technique, en cas de besoin», ajoute Jacques R. Meyer.

L’objectif des associés de la nouvelle société est d’atteindre une «bonne rentabilité» d’ici à deux ans. Pour cela, ils souhaiteraient réaliser deux opérations par mois en 2015. «Le fait que nous soyons seniors nous offre également la disponibilité nécessaire pour réaliser ce type d’opération, qui ‐ demande de faire preuve de psychologie avec le vendeur et d’accompagner le repreneur pour que la vente soit synonyme de réussite», poursuit le dirigeant.

Parmi les premières transactions figure notamment la reprise de Plastiglas à Hauterive (NE). Arrivant gentiment à l’âge de la retraite, Hans Pieren a vendu son entreprise active dans la transformation de matières synthétiques à Pierre-Alain Nicati.