Retour

PME-Successions accompagne l'Ecole Moderne de Neuchâtel dans sa transmission

La vente de l’Ecole Moderne de Neuchâtel pilotée par PME-Successions

L’Ecole Moderne, unique école privée et bilingue du cursus secondaire créée en 1963 à Neuchâtel, vient de changer de main. Après son rachat en 2012, Liliane et Raymond Boillat viennent de vendre cette société florissante dans le domaine de l’éducation. Cette transaction s’est faite via la holding Equilibre Invest dirigée par David Neidhart. La vente a été réalisée grâce à l’intervention de Jacques Meyer, CEO, et Gregory Mallet, Partenaire, de PME-Successions.

 

Pourquoi revendre l’Ecole Moderne acquise il y a moins de dix ans ?

Raymond Boillat (RB) : Lors du rachat des parts sociales de l’Ecole Moderne en 2012 nous avions tout planifié. Mon épouse, experte dans le domaine de l’éducation et pleine d'idées, a repris le poste de directrice générale. Puis la maladie l’empêcha de garder le rythme soutenu de ce nouveau challenge. Après avoir mis au concours le poste de direction, c’est finalement notre fille Delphine Boillat qui rejoint l’Ecole Moderne en 2014 en tant que directrice. Elle a ainsi assuré la continuité de l’établissement ainsi que la qualité de l’éducation.

Comment avez-vous fait évoluer l’Ecole Moderne?

RB : Sous la direction de Delphine et les idées de Liliane, l’Ecole Moderne a développé sa communication de manière plus personnalisée tout en maintenant la rigueur de son enseignement. Une nouvelle identité visuelle a également été mise en place, afin de renforcer le positionnement et l’image de l’école. Le bilinguisme intégré fait aussi partie des nouveautés implémentées.

Pourquoi avoir fait appel à PME-Successions pour revendre votre société ?

RB: En mai 2018, une connaissance m’a présenté Grégory Mallet, Partenaire de PME-Successions, à qui nous avons fait part de notre souhait de vendre l’Ecole Moderne. Nous avons par la suite eu un rendez-vous avec Jacques Meyer, CEO de PME-Successions. Les deux professionnels se complètent parfaitement. M. Mallet, avec ses compétences très techniques, a monté le dossier de vente avec toutes les données chiffrées et l’architecture financière. M. Meyer, avec un profil plus vendeur, a su trouver au bon moment la bonne personne et nous a accompagné dans les démarches de négociations.

Quels sont les atouts de PME-Successions ?

RB: M. Mallet connaissait parfaitement le dossier et a été d’une aide indispensable, cela a permis d’apporter toutes les réponses nécessaires aux questions de l’acheteur. Il a en fait très vite compris le fonctionnement de l’Ecole Moderne, a été rapide dans son analyse et dans sa manière de trouver des solutions. Il a également rédigé et posé les éléments clés du contrat de vente. Cela a été un atout pour déclencher la vente au moment adéquat. PME-Successions a une équipe professionnelle et leur travail a été très bien exécuté.

Avez-vous pu choisir le repreneur ?

RB : Nous avons reçu, de manière confidentielle, une première liste d’acheteurs potentiels. Il nous importait tout particulièrement que le profil de l’acheteur corresponde à l’ADN de l’école et à celui des parents d’élèves. L’école a été rachetée par une holding, Equilibre Invest, dirigée par un homme d’affaires proche du secteur de l’éducation.

Comment avez-vous eu connaissance de la vente de l’Ecole Moderne ?

Daniel Neidhart (DN): Il y a de cela deux ans, je me suis inscrit sur le site de www.pme-successions.ch en détaillant mon souhait d’investissement. Suite à cette inscription, j’ai eu un premier échange dans lequel j’ai détaillé mes ambitions, ma surface financière ainsi que mes domaines de prédilections dont celui de l’éducation. En tant qu’investisseur, je ne souhaitais pas reprendre la direction d’une entreprise, comme cela se fait très souvent lors de transmissions. J’étais plutôt à la recherche d’une société présentant des rendements positifs.

Deux ans se sont écoulés pour que la première proposition me soit faite, alors que certains concurrents de PME-Successions m’en présentaient de manière régulière mais à chaque fois sans succès. La première et unique proposition de PME-Successions a donc été la bonne, car ils avaient bien cerné mes objectifs. Au vu mon parcours d’investisseur, je me suis occupé moi-même de la due diligence, de la lettre d’intention et j’ai fait appel au même avocat que les vendeurs afin de simplifier les démarches.

En combien de temps la transaction a-t-elle abouti ?

DN : Il aura fallu environ 9 mois pour faire aboutir l’acte de vente, qui a été signé en mai 2019. Une moyenne assez rapide car PME-Successions a su intervenir au bon moment, avec le bon dossier.

 

Pour conclure, Raymond Boillat précise: « On peut dire que PME-Successions est un partenaire très complet qui propose des services à 360°, quelle que soit la taille de la société. C’est un vrai soulagement de se sentir accompagné de la sorte. Ils ont pleinement rempli leur mission, y compris avec les prestataires externes qui ont travaillé sur le dossier. L’accompagnement était très structuré et la réalisation de la vente très efficace. »

Retrouvez l'Ecole Moderne

 

Vous avez des projets de transmission ? 

Ou de reprise ? 

Contactez-nous, nous vous renseignerons volontiers.